mardi 20 août 2019

P Politique

Nyunzu : deux candidats députés du FCC font appel contre la victoire de leur camarade

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’ancien candidat député national Emmanuel Mukundi est pris depuis un temps dans un litige électoral avec deux de ses collègues de la coalition du FCC. Litige déjà soumis à la cour constitutionnelle. Certes, le Front Commun du Congo est l’un des habitués de ces genres de cinémas.

Les résultats de la CENI ont donné M. Mukundi premier vainqueur à la législative nationale dans la circonscription de Nyunzu, avec 9420 voix, battant ainsi à plate couture ses challengers de course. Le deuxième et le troisième chacun, a plus de 5000 suffrages, tandis que le quatrième lui, n’a obtenu que 4000 voix. Sa victoire est largement contestée par le 3è et le 4è, tous de la famille de l’ancienne majorité présidentielle. Ils crient à une machination secrète. Alors qu’Emmanuel Mukundi de son côté estime que «c’est courant lorsqu’on est vaincu on ne cesse d’accuser soit l’arbitre soit l’adversaire ». Ce dernier note que les élections du 30 décembre étaient très honnêtes. « Que les vaincus restent vaincus et les vainqueurs restent vainqueurs. » stipule-t-il. La haute hiérarchie du front commun du Congo a déjà fait voir qu’il est anormal qu’il y ait des disputes vaines au FCC.

Cette fois-ci les choses se sont présentées différemment que lors des élections de 2011. Certains candidats députés ont mordu la poussière à cause de ce fameux mode électoral à l’américaine instauré. Celui qui propose moins, reste dans la boîte sans issue, mais celui qui propose plus, se tire d’affaire. Emmanuel Mukundi du parti politique CDER (Courant des démocrates rénovateurs), parle même de trois éléments qu’il faudra réunir à son actif pour être éligible : « La relation entre les représentants et les représentés, la rationalité politique, et les finances ». On retiendra que la coalition de joseph Kabila dont il est membre, fait face à l’accusation énorme de corruption ; en raison du record qu’elle a battu, surtout aux bureaux des assemblées et au vote sénatorial. FCC, corrupteur ? L’ancien directeur de cabinet du ministre de commerces extérieurs trouve cette allégation plutôt perverse. « Les députés nous en avons à gogo. Voulez-vous demander à moi qui suis du FCC, que j’aille voter comme président de l’assemblée nationale, quelqu’un de l’opposition ? Pas du tout. Et là on va dire qu’on m’a corrompu ? il ne faut pas accuser nos députés pour rien. Puis, j’ ai dit que les élections ici c’est le mode américain. Si nous sommes deux du FCC, c’est celui qui donne plus qui passe. A quand ça devient une corruption ? Moi, je nourris mes électeurs. Pour arriver à confirmer, il faut avoir des preuves. » Déclare M. Mukundi.

Par Ildephonse wilondja

Veuillez nous faire parvenir vos suggestions, avis, reproches, propositions à l'adresse ci – après

Administration

Email:

Info@kalemieenligne.com

Tél.:

+243 976 430 836